L’acceptation au cœur du handicap !

C’est un sujet brûlant auquel nous nous attaquons aujourd’hui !

En effet je me suis rendu compte, au cours de conversations avec des personnes en situation de handicap, que cette question divise.

Il y a ceux qui pensent que l’acceptation est nécessaire, salutaire, indispensable, … et ceux pour qui l’idée de pouvoir accepter son handicap n’est même pas envisageable un seul instant. Ils vivent avec parce qu’ils n’ont pas le choix, mais c’est une bataille incessante, une lutte sans fin qu’il est difficile d’assumer au quotidien.

Alors, c’est sûr, la vie que mène certaines personnes handicapées et leurs familles est jalonnée de difficultés, de soins, de douleurs qu’il faut gérer chaque jour et cela est à la longue difficile à supporter.

Aussi, il peut être tout à fait compréhensible que l’acceptation de ce handicap, qui leur rend la vie si difficile, leur semble impossible. Mais, est-ce pour autant la bonne attitude à avoir ?


Prendre un peu du recul

Analysons la situation avec un regard neutre et bienveillant.

En premier lieu, et quel que soit sa position sur la question de l’acceptation, il est important d’en revenir aux faits qui sont les suivants :

Le handicap est bel et bien là et il va falloir vivre avec. Quel que soit les aides humaines, techniques et autres, certaines difficultés seront, dans une certaine mesure, toujours présentes. Ceci est un point de départ essentiel et auquel on ne peut déroger car c’est une réalité à laquelle on ne peut se soustraire.

Effectivement, il est toujours possible de tenter de nier les faits, mais cela ne fonctionne pas car le handicap vous rattrape très vite.  Une autre solution va être de vivre dans le refus, dans la rébellion pour faire face à une situation qui pourtant est bien réelle. Ces personnes vont avoir la sensation que cette colère les maintient en vie, leur permet de faire face à la situation, mais pensez-vous que vivre dans la colère, de faire la guerre à son handicap toute une vie soit une solution ?

En ce qui me concerne, je suis déjà épuisé car c’est un combat sans fin !!!

Mais cette attitude est tout à fait légitime et savez-vous pourquoi ?

Parce que le handicap fait peur, et il fait peur parce qu’il touche notre corps, notre intégrité physique, sensoriel, psychique ou mental. Et pourtant, il s’agit juste d’affronter une difficulté comme une autre, de trouver des solutions pour mieux vivre avec, l’apprivoiser, parfois même en faire un allié ou bien le dépasser pour avancer. Pour cela une condition est nécessaire, elle s’agit bien sûr de l’acceptation. Sans elle il va être très difficile voire parfois impossible d’aller réellement de l’avant.

En effet, refuser le handicap n’aurait pour seul effet que d’aggraver la situation en enfermant la personne et son entourage, dans un système les empêchant totalement de profiter, ne serait-ce qu’un instant, de leurs vies. Aussi, parvenir à adopter une autre attitude serait indéniablement plus constructif et épanouissant, même si cela peut paraître à priori difficile.

Alors, vous l’aurez compris, l’acceptation du handicap est l’ETAPE indispensable pour parvenir à cela et même réussir à en faire un tremplin pour révéler son potentiel.


L’intérêt et les pouvoirs de l’acceptation !

A la lecture des lignes précédentes, l’acceptation du handicap ne se pose alors plus comme une question mais bien comme une nécessité, car se battre toute sa vie pour aller à l’encontre de la réalité n’a pas vraiment de sens.

En effet, il semble alors évident que refuser d’accepter la réalité du handicap n’est pas une solution viable et il apparaît comme une évidence que le seul choix positif possible reste celui de l’acceptation. Par conséquent cela demande de cesser de se battre contre son handicap en cherchant plutôt à le comprendre, à s’en servir pour développer de nouvelles qualités, en renforcer d’autres et ainsi se libérer du poids du handicap.


Le handicap constructeur de talents !

Cette nouvelle façon d’aborder le problème peut ne paraitre certes pas naturelle, mais elle est tellement plus porteuse de sens et de bienfait qu’elle vaut la peine d’être étudiée.

Voyons donc comment il est possible de la mettre en place.

En préambule, il ne serait pas raisonnable de poursuivre ce cheminement sans revenir un instant sur la gestion des émotions (sujet traité dans l’article précédent). En effet, le handicap entraîne souvent un rapport particulier aux émotions et donc une sensibilité particulière, avec laquelle il va falloir composer ; d’où l’importance d’apprendre à les gérer.

Cela étant dit, la première étape, sans laquelle rien n’est possible, consiste à prendre conscience de la nécessité de changer de mode de pensées et donc de se détacher de ses anciens fonctionnements, de ses anciennes croyances. Ce travail se fait progressivement et nécessite une certaine introspection pour laquelle, être prêt à accueillir ce qui est devient une nécessité, sans quoi des résistances encore plus grandes vont se créer. A ce stade, un accompagnement est parfois nécessaire pour aider la personne à franchir ce cap difficile.

Aussi, cette notion d’accueil est une autre façon d’interpréter l’acceptation et cela n’est pas anodin.  En effet, comme nous avons pu le voir précédemment, le fait de chercher à accepter son handicap s’oppose à une certaine forme de combat contre le handicap et cela ne paraît pas très sain. La notion d’accueil du handicap est alors bien plus séduisante dans le sens où elle n’a aucun revers négatif. Elle amène plutôt à la bienveillance envers soi-même, étape essentielle dans un processus de développement. Mais, nous verrons tout cela plus en détail dans un prochain article.

La suite du travail passe par la construction d’une nouvelle identité basée autour du handicap, car il fait désormais partie intégrante de celle-ci. Etant le paramètre limitant, Il en est aussi nécessairement la partie centrale ; mais il est aussi et surtout le paramètre dont on va chercher à tirer parti pour aller de l’avant. C’est donc en s’appuyant sur le handicap et sur ce qu’il apporte de nouveau, que l’on va pouvoir opérer une transformation permettant de le transcender en une force.

Pour parvenir à cela, une fois le handicap assimilé et intégré, l’ultime étape va consister à s’en détacher pour n’en garder que le positif afin que celui-ci ne soit plus un frein mais bien un moteur.

Ce processus amène forcément à mettre en place de nouveaux apprentissages et donc à travailler sa capacité d’adaptation afin de pallier aux difficultés que le handicap peut engendrer.

Une fois engagé dans ce système, progressivement, une nouvelle vision du monde plus ouverte et plus riche va apparaître pour finalement aboutir à la possibilité de vivre en harmonie avec son handicap et en paix avec soi-même.

C’est donc bien à l’intérieur de soi que se trouve les ressources nécessaires à l’acceptation et à l’accueil face au handicap. Ce chemin passe par la capacité à aller de l’avant, à croire en ses possibilités et surtout par une attitude bienveillante envers soi-même.

Pour parvenir à cela, une des clés est d’oser et cela n’a aucun lien avec le handicap, tout le monde peut le faire. Il est vrai que c’est parfois compliqué, mais si l’on veut avancer, il faut en passer par là.

Alors essayez, vous verrez comme vous vous sentirez mieux après !

Pour avancer ensemble, je vous attends avec impatience sur mon groupe Facebook HandiPhoenix. Nous pourrons échanger afin de faire de votre handicap un tremplin pour révéler votre potentiel.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × un =